Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En ce dernier jour d’une année plutôt morose, je voudrais vous faire part d’une réflexion peu en lien avec le thème de ce forum mais qui peut servir à mieux vivre avec ce qui nous arrive.

Et précisément on ne sait pas « ce qui nous arrive » ! Ou plutôt, nous sommes littéralement bombardés de milliers d’informations toutes plus contradictoires et dont ressort une chose : une entité, un virus – d’ailleurs même les scientifiques ne savent pas définir si un virus c’est vivant ou pas car ça ne vit pas seul- menace l’humanité à l’échelon planétaire. Un menace de mort plane sur notre espèce.

Et ce qui me parait le plus toxique, mentalement, dans cette situation, tient en un mot :

L’attente.

Mais il s’agit d’une attente paradoxale. En effet, le mot « attente » est toujours suivi de quelque chose, d’un complément d’objet direct, dirait notre institutrice.

Quelques exemples parmi mille : on attend le train ; on attend un enfant ; on attend des invités ; on attend les résultats d’un examen -médical ou scolaire- ; on attend la fin de l’orage ; on attend que la fièvre tombe ; on attend une réponse, etc.

Et la particularité de cette pandémie est que nous tous, frères humains, attendons mais sans savoir quoi. Nous sommes en état d’attente. Cet état si particulier qui dépend d’un futur meilleur. L’attente est toujours synonyme d’espoir. Si j’osais une image, nous sommes comme des veaux à l’abattoir qui attendent, incapables de s’imaginer leur futur.

La particularité de cet état est l’aspect indécidable. Que peut-il se passer demain ? Vais-je tomber malade ? Vais-je survivre ou mourir ? Mais pire : vais-je pouvoir l’été prochain partir en vacances ? Faire ce voyage dont je rêve ? J’écris « pire »mais il a bien pire : « je suis en retard de 3 semaines, mon test est positif ; faut-il que je me fasse avorter ? Quel destin pour cet enfant à venir ? »

Nous vivons dans cet état de sidération, incapable de nous projeter, de rêver, de prévoir. Incapable de désirer !

Je ne vais pas me rajouter à la trop longue liste de ces experts qui abondent sans vergogne sur les réseaux et les plateaux télé ; je n’ai aucune compétence et ne saurait dire si notre survie dépend d’une molécule trouvée en quelques mois par des groupes financiers gigantesques.

J’ai juste envie de vous dire carpe diem, profitez de chaque petit moment de bonheur, réconciliez-vous avec de vieux amis  perdus, faites ce travail sur vous-même que vous repoussez toujours et surtout, malgré l’horizon bien obscurci, rêvez, faites, quand même, des projets. Dites-vous que tout ce qui nait meurt ; chacun de nous certes, mais aussi le Covid 19 !

Heureuse année 2021 à chacun(e )

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :