Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au hasard d’une lecture je suis tombé sur un petit livre tout à fait intéressant, intitulé « Comment les Eskimos gardent les bébés au chaud » et autres aventures éducatives du monde entier (2013 JCLattès) écrit par un jeune femme sino-américaine : Mei-Ling Hopgood .

Et j’y ai découvert le rapport combien différent qu’ont les Chinois avec l’apprentissage de la propreté de leurs enfants. Non, mesdames, la couche-culotte n’est utilisée que très peu et exclusivement dans les très grandes villes, dans des populations occidentalisées.

Il y a d’abord un problème financier : le salaire moyen chinois tourne autour de 300 dollars par mois et dépenser 8 dollars par semaine pour un paquet de 40 couches (soit 10 % du salaire) est impensable.

Alors ?

Eh bien Mei-Ling Hopgood a découvert que son pays natal vivait sous le règne du pantalon fendu ! Les Chinois considèrent que garder les organes sexuels de leurs petits dans une couche humide et chaude est très préjudiciable. Alors le pantalon fendu permet de faciliter l’accès des tout petits à la propreté. Très tôt -quelques mois- les parents, ou grands-parents, ou ainés incitent, par une petite onomatopée -psitt,psitt – le bébé à se poser ou à être posé sur le pot. C’est une vieille tradition campagnarde, certes, mais très courante en milieu urbain. Il est habituel de voir une maman tenir son bébé suspendu au-dessus d’une poubelle. Les bébés, jusqu’à 3 mois, sous leur pantalon fendu, portent une sorte de culotte de récupération en tissu lavable, mais passés 3 mois c’est …l’apprentissage !

Je suis sûr que vous avez du mal à me croire. Moi-même, tellement imbu de ma science, je me vois critiquer sévèrement les mamans (les papas et souvent les nounous) qui posent leur moutard sur le pot bien avant 2 ans, bêtement fiers de la propreté précoce de leur petit dernier, je m’entends taxer ce comportement de « dressage » complètement irrespectueux des rythmes naturels !

Alors si vous allez en Chine, essayez donc de savoir si le sperme est aussi appauvri chez eux que chez nous. Si non, il va nous falloir apprendre le mandarin ou le cantonais sans tarder !

PS: et le pire (pour tout psy qui se respecte) c'est que ça remet sacrément en question la théorie freudienne de la sexualité ! Aux orties la position sadique-anale !

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :