Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a une centaine d'années, une femme médecin militaire fut frappée par l'augmentation statistiquement significative du nombre de plaintes de jeunes gens concernant leurs difficultés sexuelles — érections défaillantes, voire impuissance. Cette augmentation l'intrigua au point d'en faire une recherche. Et le résultat fut surprenant. Elle constata que ces jeunes hommes étaient tous nés une vingtaine d'années plus tôt, dans les années 1900. Or, constata-t-elle, vingt ans auparavant, était apparu l'usage des couches. Comprenez : les couches en tissu, ce que nos grands-mères appelaient des drapeaux ou des pointes et qu'elles devaient laver à la main (autres temps, autres moeurs !) et faire sécher sur des étendages.

Et vous le savez, ces couches furent remplacées dans les années soixante-dix par des couches jetables, au grand soulagement des mères. Donc jusqu'en 1900, qu'y avait-il, avant ces couches en tissu ? Eh bien rien : les bébés, garçons comme filles, portaient, jusqu'à la propreté, une cotte, espèce de robe vague allant jusqu'au pieds. Il n'y avait aucune culotte sous cette robe, laissant donc les fesses de l'enfant en liberté, quasiment à l'air. Quand un petit cadeau était émis, une grand-mère, une sœur aînée, une nounou passait par là, ramassant la chose prestement. Les pots de chambre pour bébé et surtout les couches lavables firent leur apparition et, dans le même temps, l'apprentissage (j'allais dire: le dressage) de la propreté[1].

Mais l'intéressant de l'histoire est dans l'hypothèse que cette médecin chercheuse avança. Pour elle, c'était le confinement des testicules du bébé qui étaient à l'origine des troubles sexuels ressentis plus tard. Cette théorie, plutôt pertinente, me parle beaucoup mais elle disparut dans les poubelles de l'histoire et du progrès.

Ce serait une utopie comique d'imaginer une régression à de tels usages: les mamans descendraient dans la rue et je ne souhaite pas la faillite de Pampers. Et pourtant: savez vous que la température joue un rôle décisif dans la vie du spermatozoïde ? C'est pour éviter un écart préjudiciable que les testicules font le yoyo en fonction du chaud ou du froid.

Mais surtout, savez-vous que depuis les années soixante-dix, justement, l'on observe une chute spectaculaire de la qualité et de la richesse du sperme humain ? Il contient 50% de spermatozoïdes en moins.

Serions-nous une espèce en voie de disparition ?

 

[1] À la campagne, en Inde, la propreté de bébé est assurée par la grand-mère, assise par terre et qui garde le bébé, fesses à l'air sur les jambes de la mamie. Lorsqu'une petit déjection va se produire, elle la sent venir, elle écarte un peu les jambes et ramasse prestement la chose à l'aide d'une feuille d'arbre.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :