Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce matin, j’étais dans les tout premiers spectateurs pour voir ce film dont j’attendais la sortie impatiemment. Je vous le dis tout cru : je me suis cramponné à mon siège pour ne pas partir avant la fin.

En deux mots : le psy en a été relativement satisfait ; le sujet de la pédophilie est un sujet casse-gueule par excellence et de ce point de vue il n’y a rien à redire, même si on aurait pu mieux faire.

Le cinéphile par contre, a eu beaucoup de mal à supporter toutes les séquences « tendances » où l’on suit le personnage dans ses galères, ses trips et ses rencontres avec des groupes de rap et autres zonards. Le montage, hystérique à souhait, caméra tremblée, diluant beaucoup trop toutes les parties « sensibles ». D’emblée, la séquence initiale du cours de danse nous inflige les cris stridents de la prof (Ariane Ascaride).

On comprend vite que la danse sera la meilleure thérapie du personnage et de fait, les séquences ou l’actrice–et metteur en scène–extériorise sa colère par la danse sont saisissantes.

Karin Viard, toujours excellente, nous offre une « mauvaise mère » détestable à souhait.

Tout de même, on aurait espéré un peu plus de développement sur cet aveuglement des parents. Mais on ne refait pas l’histoire et il s’agit d’une autobiographie.

Si vous ne craignez pas de vous ennuyer, allez voir ce film. Mon billet aura au moins été ma quote-part dans sa thérapie.

Mais surtout, apportez bien avec vous des boules quiès : bien des séquences sont au seuil de la douleur.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :